Comment effectuer les gestes de premier secours en période épidémique

La pandémie due au Covid-19 a bouleversé notre quotidien, et a centré l’attention sur les gestes barrière. Mais qu’en est-il des gestes qui sauvent ? Comment sauver une vie en limitant les risques de contamination? Comment se former aux gestes de premier secours en période épidémique ?

Porter secours c’est d’abord se protéger

Premiers secours lors d’une chute à cheval

Si vous avez déjà des notions de secourisme, cette première règle ne vous sera pas étrangère. Porter secours oui, mais pas la tête baissée. Car, si vous êtes vous-même en situation dangereuse, qui restera-t-il pour porter secours ?

Il s’agit donc de bon sens mais, dans un contexte critique ou urgent, il est possible d’oublier avant de venir à l’aide et de sécuriser les lieux ainsi que la ou les victimes.

Découlant de cette règle, nous avons appris à éviter l’exposition au sang. Depuis l’apparition de la pandémie, nous devons aussi intégrer le virus dans les risques de contamination.

Adapter les gestes barrières à une intervention

Et voilà la Covid-19 est entrée en scène et complique la donne.
Se protéger et protéger l’autre passe également par le respect des règles d’hygiènes, Covid ou pas Covid.
Evidemment nous avons pris l’habitude porter un masque.
Mais se laver les mains avant et après l’intervention, que ce soit à l’eau et au savon ou à la solution hydroalcoolique peut ne pas être possible.
Si vous êtes dans un lieu public équipé et que la situation n’est pas critique au point d’être une urgence vitale, prenez le soin de pratiquer ce geste d’hygiène simple. Même si vous avez des gants à disposition.
Evitez également de toucher toute surface ou objets qui pourraient être contaminés.

Si la personne à secourir ou à soigner est consciente, elle met ou ajuste son masque. Si elle n’en possède pas, un bout de vêtement ou de tissu pourrai aider tant qu’il n’entrave pas la respiration. Attention une victime inconscient ne doit pas être équipée d’un masque.

Après le protocole intervention de premiers secours « classique », avant de quitter la zone, assurez-vous au possible de nettoyer et désinfecter les objets et surfaces de travail, mais surtout de jeter les gants dans un sac fermé hermétiquement si vous en portiez. N’oubliez pas de vous laver les mains ou de les frictionner le temps nécessaire avec une solution hydroalcoolique.

Et concernant la réanimation cardio-respiratoire ?

Dans ce cas particulier le massage sur un adulte sera continu et sans ventilation. Pour la pédiatrie la ventilation pourra être réalisée avec un masque, voire un tissu ou un vêtement.

affiche verte avec coeur défibrillateur cardiaque
Une affiche verte avec un cœur est apposé à l’entrée de tous les lieux équipés d’un défibrillateur automatisé externe.

Selon la Fédération française de cardiologie, le taux de survie à un arrêt cardiaque est au maximum de 8%. Un constat alarmant précise également que 7 fois sur 10 ces arrêts sont en présence de témoins mais que seulement 40% réalisent les gestes de premier secours.
Pourquoi ? Même si on parle régulièrement des gestes de premiers secours, une partie de la population reste démunie sans pratique concrète. Encore beaucoup de personnes n’ont jamais eu accès à une initiation ou une formation aux premiers secours. Et, ne sachant que faire ou parfois ayant peur de mal faire, ces personnes n’osent pas agir.

La Fédération française de cardiologie a également fait le constat que les taux de survie augmentent considérablement dans les pays où les lieux public sont équipés en défibrillateur automatisés externe. Ceux-ci en général tout automatiques pour les défibrillateurs grand public. De nombreuses informations sur les défibrilatteur automatisés externes ou DAE sont disponibles sur ce site.

Les formations de secourisme en période épidémique

Un mannequin branché à un défibrillateur automatisé lors d’une formation aux gestes de premier secours

Avec l’épidémie mondiale et la situation d’urgence sanitaire, la Sécurité Civile s’est adaptée et a donné de nouvelles recommandations pour les formations.
Les exercices avec un mannequin de secourisme ont été adaptés, ainsi que l’organisation des sessions et les protocoles de gestes de premiers secours comme évoqués en début d’article. Et les sessions de formation privilégient dès que possible la formation à distance.
Si une formation de secourisme peut s’avérer onéreuse à titre particulier, l’initiation a été rendue accessible. La Croix Rouge propose une initiation accessibles dès l’âge de 10 ans pour un coût abordable de 10 euros. Il existe également une initiation spécifique adaptée aux jeunes enfants.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Articles similaires :



Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire