fbpx

No Pain no Gain, le film

no pain no gain _affiche du film

Inspiré d’une histoire tellement absurde qu’elle est forcément vrai, Pain  & Gain fait plonger dans la sombre aventure de 3 bodybuilders affamés de rêve américain, rêve qui les conduira à perpétrer des crimes monstrueux. No Pain No Gain (bizarrement c’est le titre à la sauce française à ne pas confondre avec l’autre  No Pain No Gain de 2006) reprend l’adage qui veut que le succès et la richesse n’arrivent que dans la douleur d’un dur labeur. On aurait dit à la sueur de son front mais ça n’est jamais assez.

Nos 3 gars, charmants au demeurant, échafaudent un plan génialement stupide de kidnapping pour assouvir un degré extrême d’avidité et obtenir très vite leur idéal… Crouler sous l’argent et les filles à poitrine surdimensionnée? (C’est ça le rêve américain? )


 

no pain no gain _affiche alternativedu film

L’acteur Dwayne Jonhson ancien lutteur dans les années 90, est sa propre caricature pour interpréter le rôle de Paul Doyle : montagne musclée et épilée.

“Manipulable, en proie à toutes les croyances, soumis aux interdits sans les comprendre, il [Paul Doyle] croit en Dieu, mais massacre le visage d’un prêtre homosexuel qui lui offre du travail. Il prend soin du captif, mais lui roule sur le crâne avec son camion. À ses côtés, Anthony Mackie joue l’idiot de service dont la cervelle est aussi petite que le sexe – stéroïdes obligent. La banlieue qui les entoure rend malade, les couleurs cinglantes et les plans de caméra embarquée filmés en vidéo rappellent les clips de skateboards de la décennie. Les stéréotypes deviennent plus vrais que nature, s’enroulent dans leur gras et cherchent, summum de l’esthétique de Bay, à se faire frire dans leur bain d’huile usée. Un mal pour un bien, disions-nous.” Extrait de la critique de Panorama Cinéma

e reve americain _ Pain and Gain Mark Wahlberg _ pain and gain

Voilà un film qui devrait me réconcilier avec Michael Bay, le réalisateur aux blockbusters héroïques tels que Transformers remplis à outrance de symboles d’une Amérique allant des  femmes botoxées aux militaires glorifiés, des muscles hyperstéroïdés et luisants aux météorites qui tombent de partout…

Photo Mark Wahlberg, Michael Bay

Michael Bay et Mark Walhberg pendant le tournage

Michael Bay signe un film très différent comme si après nous avoir fait bouffer du Armageddon (1998) et du Transformers il riait doucement en nous montrant au travers d’une tragi comédie à la fois hilarante et grotesque que l’on avait tout pris au premier degré.

Hey les mecs réveillez-vous !! semble t-il dire.

Mais somme toute, ne nous emballons pas trop vite pour un  Michael Bay fustigeant la dérive des valeurs de la société américaine car on n’oublie pas qu’en ce moment même il bosse sur le tournage de Transformers 4… Que voulez-vous il faut bien vivre, ce n’est pas tout de faire des films intelligents!

Différentes techniques ont été utilisées, même des séquences enregistrées à la Go pro, nous plongeant dans l’esprit et la vision des 3 acolytes. Le tout avec une bande son qui ne dénote pas dont Thrift Shop de Maclemore.

Sur les écrans à partir du 28 août 2013

Réalisé par : Michael Bay

Avec : Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Tony Shalhoub, Ed Harris, Anthony Mackie…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Articles similaires :



Rendez-vous sur Hellocoton !
Catégories : Actu, Ciné / TV

Un commentaire à “No Pain no Gain, le film”

  1. […] Même si le rêve américain  a depuis longtemps pris un sacré coup dans la tronche, il est toujours source d’inspiration, d’espoirs et de désillusions. Pour une fois même Michael Bay,réalisateur de l’inter-minable prologation de Transformers, semble avoir un éclair de lucidité. […]

Laisser un commentaire