fbpx

J’ai testé pour vous, être Kitchen Hand en Nouvelle-Zélande

En novembre dernier, j’ai décidé de tout quitter, j’entends par là mon quotidien si tranquille, mes habitudes, ma famille et mes amis, pour découvrir le pays des kiwis. Voyager, j’en rêvais depuis des années, mais ça me paraissait compliqué de partir alors que je n’avais pas encore terminé mes études. Et puis l’année dernière, alors que j’échangeais avec des amis sur une quelconque orientation, l’idée de voyager a émergé de nouveau. Après quelques démarches administratives pour obtenir un passeport, un visa Working Holidays, un permis de conduire international, mes billets d’avion etc…, le 5 novembre 2013 j’ai posé mes valises à Wellington en Nouvelle Zélande.

Cable Car Wellington

Connu comme l’un des meilleurs spots de la Nouvelle-Zélande, cette petite capitale a tout d’une grande.

Les kiwis sont aussi charmants au travail que dans la vie. D’ailleurs aujourd’hui j’ai décidé de partager avec vous mon expérience comme Kitchen Hand au sein d’un restaurant Japonais/Kiwi.

Il faut savoir que si vous arrivez en Nouvelle-Zélande avec un Visa Working Holidays, vous ne serez pas seul à rechercher un travail. Il y a énormément de français (entre autre), et donc chercher un job lorsque l’on ne parle pas couramment anglais s’avère compliqué. Heureusement pour moi, mon ancien job de serveuse m’a permis d’acquérir de l’expérience et donc de décrocher ce job via Twitter.

The ramen shop wellington

« We are looking for Chief, Food Runner and Kitchen Hand » 

J’ai envoyé mon CV, j’ai décroché un entretien le lendemain puis deux jours après j’avais le job.

Kitchen Hand, what’s it ?

Sous cette appellation se cache en réalité trois jobs. Pour ma part, je suis à la fois plongeuse, commis et serveuse. Je suis assez polyvalente et la team a bien remarqué ma motivation pour travailler. Même si je doutais un peu de mes capacités en tant que commis, il s’avère que pour les kiwis mes compétences sont suffisantes. Certes ils sont moins exigeants qu’en France, néanmoins j’apprends énormément de choses avec eux et je m’étonne même chaque semaine. Bien sur ce job demande d’avoir une bonne condition physique, puisque je passe mes journées debout. La plonge me casse le dos, mais je tiens le rythme et j’arrive à faire plusieurs choses à la fois. Je suis la seule fille de la team, alors j’essaie de me montrer à la hauteur même si je ne vous cache pas que certaines fois je n’ai pas la condition physique qu’ils ont. Certaines tâches demandent de la force, de la précision, et de la rigueur et pour ce qui est de la force c’est pas toujours ça… Mais malgré les grosses marmites comme ci-dessous (et encore ce n’est pas la plus grosse), j’ai toujours plaisir à y retourner chaque semaine.

Kitchen Hand

Mais l’important c’est d’essayer et de ne pas se décourager. D’ailleurs ma team apprécie ces efforts. Pour ce qui est de l’anglais, j’arrive à communiquer avec eux bien qu’ils ne parlent pas français. Et puis si de temps en temps il me manque du vocabulaire, on utilise d’autres moyens (mimes) pour se comprendre. N’ayez craintes, ils sont plutôt cool là-dessus.

Autre point important pour moi, ils sont très à l’écoute et apprécient que je donne mon avis. En plus de mes « 3 jobs », je participe donc à l’élaboration de leur stratégie digitale. Pour le coup, c’est vraiment ce que j’aime le plus dans le fait de travailler avec eux, la diversité des tâches proposées.  Et même si je ne pense pas rester après ce visa, je suis plutôt satisfaite de ce genre d’expérience. On partage de très bons moments tous ensemble et rien que pour ça cette expérience vaut la peine d’etre vécue.

Family dinner

J’espère vous avoir un peu éclairé sur ce sujet et prochainement je vous fait visiter la capitale c’est promis!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Articles similaires :



Rendez-vous sur Hellocoton !
Catégories : Ailleurs, Amazing, Humeurs

8 commentaires à “J’ai testé pour vous, être Kitchen Hand en Nouvelle-Zélande”

  1. […] de parler en anglais, je suis fière d’avoir vécu une incroyable expérience en tant que Kitchen Hand, je suis fière d’être restée et d’avoir accompli une partie de mes […]

  2. […] Comme chaque weekend, j’ai partagé le #Familydinner avec mon équipe de travail.  Cette fois-ci nous avons mangé de délicieux dumplings ainsi que du riz. D’ailleurs pour ceux que ça intéressent, j’ai partagé mon expérience de Kitchen Hand sur Amagzine. […]

  3. Ravie de découvrir ce qui se cache derrière les « Kitchen hand ». Je cherche aussi à bosser dans la restauration, mais sans savoir vraiment quoi chercher ;D C’est vrai que les kiwis sont quand même très patients malgré notre anglais approximatif !

    Et concernant l’appellation « Kiwis », ils se nomment eux même comme ça et en sont très fiers d’être des Kiwis. Le kiwis ici, c’est à la fois l’animal nocturne, le fruit qui fait vivre une partie de la population et les habitants de la NZ. Un emblème pour la Nouvelle-Zélande

    • Chloé Gellé dit :

      Si tu as déjà travaillé dans la restauration, tu peux certainement trouvé un poste. Toutefois, si tu n’as aucune expérience il va falloir t’accrocher. Car faire la vaisselle est parfois plus compliqué que l’on peut l’imaginer. Il faut réussir à soulever des charges lourdes, travailler debout toute la journée, mais à part quelques points négatifs, ça reste pour moi une expérience très enrichissante.
      Bon courage à toi pour tes recherches.

  4. Lotahov dit :

    C’est chouette que tu te plaises dans ce que tu fais, même si ce n’est pas un job très valorisant. Cependant, je suis choquée par ton utilisation du terme « kiwis » pour désigner les Néo-Zélandais, c’est comme si au lieu de dire Français, tu utilisais « les grenouilles ». Je trouve ça idiot et irrespectueux envers la population.

    • Chloé Gellé dit :

      Il n’y a vraiment rien d’irrespectueux dans le terme kiwis. En Nouvelle-Zélande, le kiwi est un animal emblème du pays. Et pour ton information, ça arrive que les français se fassent appeler « frogs ». Je trouve ça plutôt amusant.

    • Lotahov dit :

      Même en tant que française, l’emploi du terme « frogs » pour me désigner, je trouve cela insultant. Le kiwi est un emblème du pays (merci d’ailleurs, je ne suis pas complètement idiote), soit. Mais résumer une population, aussi diverse soit elle, à un animal, désolée, je trouve ça idiot.

    • Queen Mafalda dit :

      Si tu n’es pas idiote tu sauras que les Neo-Zélandais se qualifient eux mêmes de kiwis.

Laisser un commentaire