Extravagances….

source : Lilania

La belle alanguie boudait….bras repliés sur son canapé fatigué, affectant le dédain du miroir où son corps s’est si souvent préparé….aux visites trop privées.

L’ovale parfait de transparence, aux reflets de crasse et d’ennui, a fini son jeu d’illusion parce qu’elle en a décidé ainsi. Elle est arquée en rébellion, tranquillement, dans un sillon : celui de sa chair apaisée. Entracte…entre deux actes….ceux qui ont salis sa vie…pour la sauver !

Elle a tourné le dos à sa gloire. Elle a choisi une autre pose, pause carrée qui part des épaules. Qu’arrête-t-on en un instant ? Rien, sauf un sale bégaiement du temps.

De sombres passages emplis d’hommes au repos des portes fermées, rien ne lui a fait baisser la tête. Elle a résisté au passé.

Sa beauté n’est pas encore fanée….mais la fleur de son sourire a bien perdu quelques pétales, sans doute restés accrochés à leurs vestes trop bon marché.

A quoi songe-t-elle donc à ce moment las de sa vie, suspendu entre un visage aux tracés juvéniles et sa cambrure maquillée de résille ?

Dans un polar, elle aurait attendu le dernier baiser, dans la poussière du clandé.

Dans un thriller, elle aurait été larme aiguisée, non déguisée qui ne promet plus…sauf l’inévitable.

Dans un épisode fantastique d’une hypothétique sixième dimension, elle aurait attendu, piégée par ses trésors, de capter par son inconscience égarée.

Dans un univers de science-fiction, elle serait muette mutante qui hante.

Et, là dans la pâleur nonchalante du présent, sa chevelure éparpillée monte à l’assaut de ses péchés, striés de coupures noires sur sa peau au lait.

Elle s’échappe doucement des bras de ce mâle qui rampe. Elle n’a plus besoin de rêver, le monde tient dans ses bas résignés.

Je la laisse sur un soupir, juste avant la clé de soleil dont sa patience a fait son butin…. butiné par des mains paresseuses, allumeuses, moqueuses…. de maquerelle assumée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Articles similaires :



Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire