Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

 Eugene de Rastignac summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5290 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Un qui n’oubliera jamais la troisième édition du Summer Sound de Rochefort 2017, c’est Eugène de Rastignac. L’artiste chanteur « dandy » de Niort est monté pour la première fois en solo sur une grande scène. Il nous a permis de le suivre de sa loge à la scène et on a eu le trac pour lui !

Petit retour en arrière. On est en juillet 2016. Près d’une des vieilles tours de La Rochelle, en plein festival des Francofolies. Un peu à l’écart des allées et venues, de la musique, et des restaurants qui font le plein en cette période, on serre la paluche à un artiste niortais venu pour la circonstance. Eugène de Rastignac. De lui, on apprendra peu de choses. Discret le chanteur qui se dit amoureux de sa femme, qui refuse de dire son âge, et qui a pris ce pseudo quelques mois plus tôt. Non pas par passion pour ce personnage de Balzac dont il n’apprécie guère les frasques, mais parce que ça sonne bien.

Un an plus tard, dans le chef lieu du département voisin, celui qui enseigne l’économie dans un bahut privé et qui fait l’unanimité auprès de ses élèves, a réussi le tour de force de faire oublier son état civil pour son nom de scène.

En moins d’un an, il n’a pas chômé. Artiste depuis toujours qui a commencé à taper sur des pots de peinture chez sa grand-mère alors qu’il était haut comme trois pommes, Eugène a enchaîné les festivals, continué d’écrire une musique très électro mais pas que. Il aussi sorti au printemps dernier son premier single « Conversation » qui au sein de la rédaction d’Amagzine, a emporté tous les suffrages. A l’occasion des reportages que nous avons mis en ligne pour l’édition 2017 des Francofolies, il nous a autorisé à utiliser sa musique en quasi exclusivité.

Des dizaines de milliers d’internautes ont pu entendre sa mélodie estivale qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

A écouter sur Spotify : Conversation / Eugène de Rastignac

Une première pour Eugène de Rastignac

 Christelle Roulet et Eugene de Rastignac summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5195 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Juillet 2017 est passé, et on retrouve notre Eugène au Summer Sound Festival à Rochefort. C’est l’un des guest de cette troisième édition. Nos accréditations autour du cou, on est accueilli par Christelle Roulet, son agent, qui le chouchoute depuis plusieurs mois. Il est 18 heures passées.

 loge Eugene de Rastignac summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5193 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Les 5000 personnes attendues ce samedi 5 août commencent à entrer sur le site de la Corderie Royale de Rochefort, transformé pendant cinq jours en immense boite de nuit à ciel ouvert.

 public concert summer sound 5 aout 2017 Rochefort Photo Amanda Bronscheer 5315 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Eugène, à cette heure-là, commence à sentir la pression monter tout doucement. Il nous a permis de le suivre pour cette grande première pour lui : « Jouer en solo » devant autant de personnes. Il ne le dit pas, mais il n’en mène pas large l’artiste qui maîtrise parfaitement son art, et qui va interpréter douze chansons de sa composition, dont une avec l’artiste plasticienne Eléonore Lepièce, qui va le dessiner pendant « Conversation », en direct, devant les caméras, et quelques milliers de festivaliers déjà présents.

Carte blanche pour le filmer

 Eleonore Lepiece et Eugene de Rastignac summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5216 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Nous, à dire vrai, on a plaisir à se retrouver dans les coulisses, autorisés à monter à l’arrière de la scène, avec lui pour repérer les lieux, lui parler à cœur ouvert dans sa loge : un tivoli de 10 m2 dans lequel les organisateurs du Summer Sound ont installé un canapé confortable, un petit réfrigérateur avec quelques bières et sodas, deux chaises sur lesquelles on va poser un peu plus tard nos fesses pour avoir ses impressions d’avant concert.

18 h 30 : Eugène se frotte les mains. Ca sent l’eucalyptus. Il revient de l’endroit où généralement le roi allait seul quand il avait encore une tête bien vissée sur les épaules. En cet endroit, l’artiste ira y faire quelques allers retours, témoignages d’un trac qu’il ne cache pas. Dans sa loge, avec ce sourire qu’on aime lui voir afficher, sa gentillesse et sa disponibilité, il nous reçoit. On a carte blanche pour le filmer, l’interroger. Ce que nous faisons.

Tout est fluide. On le sent prêt. Affuté. Dans sa tête, il doit chantonner ce qu’il a déjà répété mille fois. Il a aussi son pense-bête pour les régisseurs : son ordinateur à la pomme mondialement connue dans laquelle se trouve le déroulé de son spectacle : 45 minutes, pas une de plus.

19 heures : Eugène souhaite se retrouver un peu plus seul. Il garde encore son tee shirt blanc mais il abandonne ses running qu’il utilise en semaine quand il bouffe de l’asphalte, pour une paire de pompes plus stylée. Nous, que voulez-vous, on joue les paparazzi moyens. On le filme (presque) à son insu.

On a droit de temps à autre à un petit clin d’oeil qui veut dire : «  Je vous ai vu les zamis »… Il ne dit rien.

19 h 15 : Au milieu du backstage joliment aménagé, Eugène commence à faire les cent pas. La tension monte. Il discute avec Christelle qui voit elle aussi la tension de son poulain monter. Pas très loin, presque dans un mutisme total, Eléonore Lepièce ne dit rien. Elle est prête avec son feutre et son carton à dessins, à se diriger vers la scène. On est à cinquante mètres des marches qui mènent à la scène. Depuis une heure, deux DJ ont chauffé les lieux. Il faut beau. Le soleil est de la partie. Un petit vent d’ouest évite d’avoir trop chaud.

19 h 30 : C’est fait ! Eugène de Rastignac a quitté son tee shirt. Il a revêtu son costume de scène : un « trois pièces sans la veste » inspiré du dandy. Il en jette le mec qui soudain ne dit plus grand chose. Il attend que le régisseur vienne le chercher. Ça ne sera pas long.

 Eugene de Rastignac summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5189 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Quelques minutes avant la scène

19 h 35 : Il prend la direction de la scène. On galope derrière lui pour ne pas manquer une miette de ce qui va suivre. Lui, avec Eléonore et Christelle, avale quatre à quatre les marches. Il se prépare. Sautille pour se décontracter. Avec les roadies, il installe les sculptures qui donneront une âme à la scène très électro. Il redonne quelques consignes aux techniciens. Tout est rodé.

19 h 40 : Il met les petites oreillettes. Depuis quelques minutes, la scène a retrouvé un calme presque déroutant. Lui ne tient plus en place. Il tourne en rond, attendant le top départ pour s’avancer vers le public qui attend.

Et soudain la tension est tombée

19 h 50 : « On y va ? ». La réponse fuse : c’est oui. Lui, comme s’il avait fait cela toute sa vie, fait les dix mètres pour rejoindre sa console, sa guitare… et le public.

 Eugene de Rastignac summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5222 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac« Ça va Rochefort ? », lâche-t-il. Le public lui répond que oui… Et c’est parti.

 Eleonore Lepiece summer sound 5 aout 2017 Photo Amanda Bronscheer 5262 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Eleonore Lepiece, va performer sur scène pour un dessin en live

 Sculpture Eleonore Lepiece pour Eugene de Rastignac Photo Amanda Bronscheer 5260 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Deux sculptures complètent sur scène l’univers d’Eugène de Rastignac

 Eugene de Rastignac 1200x628 jpg photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

20 h 45 : fin de la douzième chanson. Dans la fosse, les mélodies ont pris. On a eu droit aux applaudissements au dessus de la tête pour le remercier. Lui : il est heureux. Il continuerait bien un peu mais il sait qu’après lui, deux DJ attendent pour prendre la relève sur le prochain set. Il quitte le devant de la scène. Va embrasser deux potes qui l’applaudissaient près d’un régisseur, puis va coller un baiser à Eléonore et une bise chaleureuse à Christelle qui dès le quatrième morceau avait quitté les coulisses de la scène pour rejoindre les VIP et profiter du concert.

21 heures : Eugène, Eléonore et un roadies terminent tout juste de remballer le matos. La tension retombe d’un coup. L’aventure est presque terminée. Le chanteur va devoir maintenant se soumettre aux questions des journalistes accrédités du festival et qui l’attendent derrière la scène. Lui est heureux de l’heure passée.

21 h 15 : Eugène de Rastignac rejoint sa loge où l’attendent Eléonore, Christelle et deux ami(e)s. C’est le moment de se lâcher, de raconter les premières impressions. C’est aussi l’instant de trinquer à cette première sur scène qui fait attraper le virus… C’est aussi le moment où il a été décidé de les laisser tranquille, d’éteindre nos micros et caméras…

Et de dire au revoir à l’artiste.

A bientôt sur les rives de la Sèvre Niortaise… Ou ailleurs. Bises. Scene summer sound 5 aout 2017 Rochefort Photo Amanda Bronscheer 5318 photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

 loading photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac  hellocoton photo  Dans les coulisses du Summer Sound avec Eugène de Rastignac

Articles similaires :



Rendez-vous sur Hellocoton !
Catégories : Actu, Musique

Laisser un commentaire