Ca sent le sapin – épisode 1

femme-avec-sapin-de-noel

Episode 1 :

La fille de décembre avait chargé le sapin dans la voiture.

C’était un grand arbuste de plus d’1m80, large d’épaules, beau et fort comme un mec ! La ressemblance aurait dû lui mettre la puce à l’oreille mais bien sûr la fille n’avait pas pris garde à cela !

Encore tout chargé d’odeurs sylvestres, comme un alcool de terre, il dressait fièrement ses belles branches vers le ciel, dans une prière encore mystérieuse.

Ses épines étaient petites et tranchantes, elles brillaient dans la nuit comme des petites griffes de chat en colère. Pas si sage que ça l’arbuste finalement.

Posé sur la plage arrière de terreau fin, comme un navire échoué et empêtré dans un basculement maladroit, il dardait ses prunelles féroces en poussant le long hululement silencieux des arbres déracinés. Il appelait, sans être entendu par les humains mais seulement par ses semblables.

La fille de décembre n’entendait rien. Elle était juste contente d’avoir acquis le conifère pour pas trop cher et peut lui importait de savoir d’où il avait été extrait.

Elle avait tort bien sûr mais elle ne se doutait pas unes seconde du drame qui l’attendait et elle n’allait pas tarder à l’apprendre à ses dépends.

La voiture folâtrait dans les petites routes de campagne. Le GPS racontait n’importe quoi. Elle aurait dû payer la mise à jour car, manifestement, l’appareil ne voulait pas du tout reconnaître l’adresse qu’elle lui indiquait : 10 rue des Acacias à SAPIN-sur-Mer (17).

Et elle tournait en rond depuis déjà un petit moment, revoyant toujours les mêmes villages avec des noms bizarres.

Excédée, elle plongea la main dans la boite à gants pour y extirper son vieux plan départemental. Le volant fit brusquement une embardée. Mince, il valait mieux qu’elle s’arrête pour regarder !

Elle tira le dépliant tout froissé et elle blêmit aussitôt : ça n’était pas le bon…c’était celui d’avant son déménagement, elle ne risquait pas de s’y retrouver.

Bon, à défaut de GPS efficace et de plan, elle pouvait toujours appeler les amis chez qui elle allait ce soir. Elle attrapa son sac avec conviction et commença à farfouiller. Elle sourit : quelle pagaille, comme d’habitude….mais elle ne douta pas une seconde que son portable serait présent, quelque part au fond.

Et c’était le cas, elle reconnut avec plaisir sa coque nacrée qui luisait joliment dans l’obscurité….  « pourvu que la batterie soit chargée » se surprit-elle à penser »…. « Oh, bien sûr que oui, faut pas pousser quand même, c’est la fête ce soir, du moins j’en suis à une petite demi-heure tout au plus ».

Elle avait encore de l’espoir, à cette heure là, perdue sur une de ses petites routes, si charmantes et bucoliques sous le pâle soleil d’automne mais si déserte en cet instant qu’elle avait toutes les caractéristiques imaginables du chemin proche de la notion désespérante du cul de sac bien connue de ceux qui habitent des belles maisons en campagne, loin de la ville…mais qui ne se hasardent pas en dehors de leur territoire !

…à suivre 

2013 ©Alithé – Tous droits réservés

Rendez-vous sur Hellocoton !

Articles similaires :



Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire